Fédération
Seine-Maritime
Accueil > Actualités > Quelles perspectives pour la construction européenne ?

Actualités


Quelles perspectives pour la construction européenne ?

Quelles perspectives pour la construction européenne ?

Le 22/05/2014

Communiqué de presse de Catherine Morin-Desailly, Sénatrice de la Seine-Maritime

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse faisant suite à l'intervention, mardi 20 mai dernier, de Catherine Morin-Desailly, Sénatrice UDI de la Seine-Maritime, dans l'hémicycle dans le cadre du débat sur les perspectives de la construction européenne.


Débat sénatorial : quelles perspectives pour la construction européenne ?

« Il est grand temps de rallumer les étoiles européennes »

Les prochaines élections européennes, qui auront lieu dans quelques jours, auraient du être un instant privilégié de vie démocratique pour l’ensemble des citoyens de l’UE. Mais le risque est de voir plus d’une centaine de députés anti-européens prendre place au Parlement de Strasbourg.

Pour Catherine Morin-Desailly, Sénatrice de la Seine-Maritime, Vice-Présidente de la commission des Affaires européennes et culturelles, « Ces élections risquent d’être la manifestation du malaise qui gangrène nos institutions européennes. L’Europe apparait plus comme une source de contraintes que comme un atout. Manque d’harmonisation entre les pays, absence de politique ambitieuse pour protéger et promouvoir nos intérêts communs –économiques et sociaux-,… sont les sources de nos difficultés. L’Euro est devenu le bouc émissaire de notre incapacité à sortir de la crise alors qu’il nous a protégés pendant plus d’une décennie des aléas du monde extérieur. L’Europe fait les frais de trente ans de lâcheté des politiques qui l’ont incriminée pour les échecs, difficultés, dysfonctionnements… et se sont appropriés tous les bénéfices qu’ils en retiraient. »

« Pourtant, quoiqu’on en dise, depuis 60 ans, l’Europe a agi comme force de progrès et de liberté. » poursuit la sénatrice citant les exemples suivants : CECA, Euratom, airbus, l’Euro, Erasmus, Cour européenne des droits de l’homme….

Si l’Union cumule plusieurs lacunes et dysfonctionnements, pour Catherine Morin-Desaillly, à l’image de ses collègues sénateurs centristes, ce n’est pas pour autant une raison pour tout abandonner : « Donnons-nous au contraire les moyens d’un second élan. »

Les secteurs de la technologie et de l’innovation sont des exemples éclairants de ce que pourrait permettre une Europe forte : « Alors que nous disposons de talents, nos politiques nous empêchent d’être concurrentiels face aux géants américains ou asiatiques de l’internet. Le nouveau continent du numérique a déjà été conquis et c’est maintenant l’Europe qui tend à devenir une colonie du monde numérique, pour reprendre l’intitulé de mon rapport sur le sujet. »

Comment restaurer le consensus européen, garantir la paix, ramener la prospérité et faire accoucher l’Europe de son véritable potentiel ? La sénatrice apporte les réponses des centristes : « Le chantier le plus urgent est de combler le fossé démocratique avec ses citoyens. Nous avons besoin d’institutions responsables et incarnées, de politiques européennes évaluées, portées à la connaissance de tous et sanctionnables dans les urnes. Nous avons besoin d’un gouvernement économique intégré qui manie à la fois la politique budgétaire et fiscale en lien avec la BCE. Ce Gouvernement doit-être responsable devant les citoyens de l’Union. »

Les sénateurs centristes appellent à un approfondissement et demandent un nouveau fédéralisme européen préalable à tous les enjeux stratégiques : renforcement de la PAC, politique environnementale ambitieuse, Europe de la défense, prise en compte des enjeux de l’Europe maritime, mutation numérique, gestion des flux migratoires…

Pour conclure, la sénatrice citant Guillaume Apollinaire a formulé un vœu : « Il est grand temps de rallumer les étoiles », celles du drapeau européen.

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact